Quenelle du Py


5/5 - (1 vote)

Notre partenaire Olivier Robert nous en dit un peu plus sur cette jument incroyable avec quelques anecdotes inédites.

Eleveur : Thierry LUCAS 

Taille : 1,69 m

Robe : Alezan

Race : Anglo-Arabe

Père : TRESOR DU RENOM

Mère : MAM’ZELLE DE BUISSY (RYON D’ANZEX)

Propriétaire : Olivier ROBERT (50 %), Chantal BUFFANDEAU (25 %), M. Pierre-francois BUFFANDEAU (25 %). 

Surnom : Princesse ou la grande alezane

Comment avez-vous rencontré Quenelle et comment l’histoire a-t-elle commencé ?

À trois ans, l’éleveur me l’a emmené aux écuries, nous avons fait sauter Quenelle. J’ai eu un énorme coup de foudre, je l’ai pris à l’essai un mois à la fin duquel j’ai décidé d’en faire l’acquisition.

Quenelle est une jument spéciale, quelle(s) qualité(s) la démarque des autres chevaux ?

Son coeur et son courage 

Et son petit défaut ?

Elle était plus destinée aux sauts de steeple-chase à Auteuil qu’à une carrière de saut d’obstacle !

Quels étaient vos objectifs avec cette jument ?

Les jeux Olympiques

Virginie, sa groom, a dit « Il a fallu du temps mais tu as fini par rendre Olivier le plus heureux de tous les cavaliers », on peut dire qu’elle fait partie des chevaux qui ont marqué votre carrière ? 

Quenelle est la n°1 dans mon cœur.

© Jessica Rodrigues

Quel a été votre meilleur souvenir avec elle ?

Son achat, pour la petite anecdote pour pouvoir acquérir Quenelle j’ai aussi dû acheter une autre jument, seul le lot des deux était possible.

À quel moment avez-vous décidé de le mettre à la retraite ? Vous rendiez-vous compte de l’engouement auprès de cette jument avant ses adieux à la compétition au Jumping de Bordeaux ?

La décision a été naturelle lorsque le corps a dit non à la maison, l’alerte a été suffisante pour prendre la décision. Malgré sa couleur assez banale qu’est l’Alezan, elle était dans le cœur de beaucoup et je m’en rendais compte.

A-t-elle eu des poulains depuis ?

Non, elle ne veut pas être maman, elle coule une retraite heureuse à la maison en tant que nounou des poulains.

© Marine Kerfant

Laisser un commentaire