Les étirements du cheval


Noter cet article

Les étirements chez le cheval : ce qu’il faut faire, et ce qu’il ne faut pas faire, comment bien le réaliser, les risques d’un faux mouvement

Les cavaliers sont de plus en plus impliqués dans les soins portés à leurs chevaux principalement pour leur bien être mais aussi pour optimiser leur performance. 

Les étirements font partis de ces soins qui peuvent apporter du bien être et du mieux être. Faits correctement et régulièrement, les étirements peuvent améliorer la souplesse d’un cheval raide. 

Quels sont les bienfaits des étirements ?

  • Ils améliorent la souplesse musculaire et articulaire.
  • Ils améliorent la mobilité.
  • Ils améliorent la stabilité et l’équilibre.
  • Ils améliorent la posture, la proprioception et la coordination.
  • Ils réduisent le risque de blessure.
  • Ils diminuent la tension musculaire et le stress psychique et physique.

Quand les faire ? 

Idéalement à distance des efforts. Je préconise de les faire comme une séance à proprement parlé sur un jour de repos, après avoir marché au pas.

Comment les faire ? 

On place le membre ou l’encolure dans une posture : 

  • Progressivement 
  • Sans à coups 
  • En respectant la biomecanique naturelle (exemple : la flexion du membre postérieur pour étirer les muscles fessiers et arrière du membre s’accompagne d’une rotation externe et abduction (éloignement du membre par rapport au plan median du corps) qu’il faut respecter pour le confort du cheval)
  • Le cheval doit impérativement être détendu et en confiance 
  • Maintenir 30 secondes à une minute 
  • Sans douleur: en cas de signe de retrait du cheval s’arrêter immédiatement et demander l’avis d’un professionnel 
  • Relâchement doux et progressif 
  • Bien se placer pour ne pas se blesser soi même : plier dans les jambes, le dos droit…

Les principaux étirements faciles à réaliser : 

  • Étirement du membre antérieur vers l’avant : pour les muscles de l’épaule ( et dos selon l’angle) placez vous comme pour dégager le passage de sangle en face de la pointe de l’épaule de votre cheval. Saisir le membre au niveau du paturon.Vous pouvez emmener le pied plus ou moins à l’intérieur ou à l’extérieur.
  • Étirement de la partie haute des cervicales, a l’aide d’une friandise ou d’une carotte, invitez votre cheval à rapprocher son bout du nez vers la pointe de l’épaule 
  • Étirement de la partie basse des cervicales, toujours à l’aide d’une friandise, vous emmènerez le bout du nez en direction de la pointe de hanche 
  • Étirement de la ligne du dessus et des muscles du tronc : friandise entre les antérieurs, le cheval réalise une flexion globale de son rachis

N’hésitez pas à demander à votre ostéopathe de vous montrer et d’essayer avec lui afin qu’il vous corrige pour pratiquer en toute sécurité. Il pourra également vous spécifier les étirements appropriés à votre cheval. 

Il est en revanche strictement déconseillé de provoquer des hyperflexions ou extensions réflexes, souvent vues sur les réseaux sociaux. Ces techniques sont réservées aux professionnels dans un but diagnostique ou thérapeutique. Vous risquez de provoquer une irritation nerveuse et/ou une réponse douloureuse pouvant vous mettre vous et votre cheval en danger. 

Soyez patients, les résultats sont satisfaisants si vous pratiquez régulièrement les étirements. 

À très bientôt !

Camille COLOMBO


Laisser un commentaire