Le parcours d’un cheval né au Haras de Clarbec


Actuellement le Haras de Clarbec fait naitre une douzaine de chevaux par an. Les naissances se passent au Haras de la Poterie, qui est une annexe, sous la surveillance d’Alexa qui assure tout le suivi des juments depuis plus de 10 ans.

Crédit photo : Geneviève Mégret

La sociabilisation dès le plus jeune âge

Dès le plus jeune âge nous sommes très attentifs à leur assurer un bon développement physique et mental et à la surveillance de leurs aplombs. Très vite ils sont sociabilisés et manipulés, sans excès, afin de les rendre faciles pour les années à venir. Ils font connaissance avec le maréchal ferrant et les vétérinaires dès les tous premiers mois.

Au moment du sevrage, pour les traumatiser le moins possible, nous enlevons les mamans deux par deux. Les mamans restantes prennent les sevrés un peu en charge ce qui est rassurant et quand on enlève les dernières mamans les plus grands poulains prennent en charge les plus petits. C’est pour moi leur procurer le stress minimum.

Au cours du premier hiver, Alexa et son équipe prennent le temps de leur apprendre à monter dans le camion et les manipulent gentiment. Pas besoin d’effets de force, c’est juste un peu d’éducation pour la suite de la vie.

Crédit photo : Geneviève Mégret

Un débourrage à la carte

Durant l’année de 2 ans, Antoine avec lequel nous travaillons depuis une quinzaine d’années, se charge des débourrages qui sont fait à la carte suivant la précocité des poulains. Normalement à l’issue d’un petit mois les poulains sont aux trois allures montées. Nous profitons de cette période où ils sont rentrés pour faire quelques séances de saut en liberté pour nous faire une première idée de leurs capacités à l’obstacle. Les poulains repartent ensuite au pré pour continuer à grandir et réfléchir à leur apprentissage ?.

Crédit photo : Geneviève Mégret

L’arrivée à Clarbec

À la fin de l’année de 3 ans, les poulains arrivent à Clarbec pour continuer leur éducation. Antoine vérifie qu’ils n’ont pas oublié leurs gammes et les remet dans les mains des cavaliers du Haras. L’apprentissage se poursuit en douceur. On s’aperçoit que durant leur passage au pré ils n’ont rien oublié et même qu’ils ont muri. On aborde alors le perfectionnement du travail sur le plat et le saut monté. En général à 4 ans les chevaux font quelques Warm up pour s’habituer à un environnement extérieur puis quelques parcours de formation, puis vacances !

Pouliche par Vigo d’Arsouilles et Nimfe de la Pomme
Crédit photo : Geneviève Mégret

Les choses sérieuses commencent

À 5 ans les choses deviennent plus sérieuses et le travail un peu plus soutenu. Nos exigences varient en fonction de la maturité des chevaux. Certains chevaux vont continuer dans les épreuves de formation et d’autres attaquer le cycle classique des jeunes chevaux. Chacun à son rythme !! L’objectif est toujours d’amener progressivement les chevaux au mieux de ce qu’ils peuvent faire dans le respect du physique et du mental. Le travail reste varié et ludique, les chevaux vont si possible quotidiennement au paddock. Pour certains à nouveau des vacances et d’autres restent au travail. Durant l‘hiver les chevaux effectuent des petits exercices, des sorties sur la piste de galop et bien sûr un travail à la longe.

À 6 ans, même scénario. Formation ou cycle classique avant de se lancer ensuite dans le grand bain.

À bientôt

Geneviève Mégret


Laisser un commentaire