L’arrière main : moteur à propulsion

L’arrière main : moteur à propulsion

Le par

C’est à partir des membres postérieurs que naît le mouvement du cheval : ils lui permettent de se propulser vers l’avant.

 

  • Le membre postérieur parfait est pourvu de puissants muscles, un bon alignement, des angles articulaires marqués, et surtout une très bonne stabilité ligamentaire.

 

  • Les articulations du jarret et du grasset sont indissociables grâce au système réciproque : la flexion du grasset entraîne la flexion du jarret par l’unique contraction des muscles de la cuisse. L’intégralité du membre est mobilisé tout en minimisant la consommation d’énergie, qui elle est nécessaire à l’impulsion.

 

  • L’impulsion est obtenue par l’engagement des postérieurs sous la masse, tout en conservant un dos souple, permettant le transfert du mouvement de l’arrière vers l’avant. Le dos et l’avant-main doivent remonter, les abdominaux se contracter.

 

La conformation propre à chaque cheval influe grandement l’aptitude à une discipline: comparez l’arrière main d’un quarter horse et d’un pur sang arabe, vous comprenez rapidement pourquoi on voit rarement de pur sang en reining et inversement.

 

 

Le fonctionnement biomécanique du cheval peut se schématiser avec un système de cordes et de poulies.

Un dysfonctionnement du système au niveau d’une corde ou d’une poulie (comprenez un tendon ou une articulation) du postérieur aura un impact sur le bassin, le dos, l’épaule pour finir jusqu’aux cervicales.

C’est une zone à vérifier au moment de l’achat d’un cheval et à surveiller régulièrement tout au long de la vie du cheval. Une atteinte des membres postérieurs impactera la totalité du mouvement de votre cheval. Selon les périodes d’entraînement intense, d’humidité ou de douleur, il peut être recommandé d’utiliser Nutriflex dans la boisson de votre cheval. Vous pouvez également réaliser des emplâtres d’argiles Tendiflex+ sur les articulations (boulet, jarret, grasset) et les tendons.

 

 

Des exercices simples d’enjambement d’obstacles au pas, de différentes natures, hauteur et largeur, monté ou à pied, permettent de développer l’agilité et la force du grasset.

Si vous savez votre cheval fragile au niveau des jarrets, n’abusez pas des exercices de reculer mais préférez les exercices de poussée (travail en côte par exemple) et les grands cercles.

Après les séances votre cheval appréciera un massage au baume Kinesyl.

 

 

Attention également aux chevaux ferrés qui se touchent : de simples croûtes peuvent être à l’origine d’un inconfort et altérer la dynamique du mouvement. La crème Dermaprotect se chargera rapidement de résorber les petits bobos superficiels !

 

À bientôt

 

Camille

 

 

 

Partager cette article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *