Enfin la reprise… mais pas sans montoir !


Ça y est nous y sommes ! Pour la plupart d’entre vous, c’était les retrouvailles aujourd’hui ! Vous vous êtes peut-être même déjà remis en selle ! Vous avez profitez de ces semaines pour faire vos exercices et vos assouplissements ?! Félicitations, ça vous sera d’une grande aide pour la reprise ! Malgré votre souplesse, ce n’est pas une raison pour monter sans montoir…

Voyons ensemble pourquoi.


Une selle bien posée et adaptée repose par ses matelassures sur les masses musculaires paravertébrales, le sommet de l’arcade se trouve idéalement au dessus du sommet du garrot. Le garrot est une partie de la colonne vertébrale, composé de vertèbres thoraciques.
Historiquement nous mettons le pied à l’étrier à gauche du cheval (essayer de monter à droite est un très bon exercice pour le cavalier). En partant du sol, le cavalier prend le troussequin d’une main, la crinière de l’autre, et se propulse créant une force qui entraîne une importante rotation de la selle, qui elle même induit la rotation du garrot. Cette force est parfois si forte qu’elle nécessite un contre poids par une tierce personne sur l’étrier droit.On comprend alors facilement que la rotation induite par ce mouvement, qui plus est toujours du même côté, entraine à force des problèmes de dos mais pas que. On peut retrouver une asymétrie des omoplates (grosse pièce osseuse de l’épaule) et des contractures musculaires des muscles thoraciques et para vertébraux. Si le cavalier qui se met à cheval depuis le sol est en plus lourd ou particulièrement maladroit, les chevaux sont parfois obligés d’anticiper en écartant leurs antérieurs et en se contractant de tout leur corps…a froid. 
Les contraintes sont aussi subies par votre selle, particulièrement l’arçon qui se tord et les matelassures droites écrasées contre le garrot. Quant aux étrivières, le cuir s’étire, se tasse, créant une asymétrie de longueur. Pour garder votre selle en bon état sans risquer de blesser votre cheval, en plus du montoir, je vous conseille de changer régulièrement vos étrivières de côtés.

Passons à la pratique.

Un tronc d’arbre, une Pierre, un tabouret,… Les exemples sont nombreux et faciles à trouver. Il serait dommage de causer autant de dégâts pour une habitude si facile à mettre en place. 
Depuis le montoir, placez le bout du pied gauche sur l’étrier gauche, gainez vous, grandissez vous, pour porter votre poids du corps vers le centre de la selle. Le but est de mettre un minimum de poids dans l’étrier gauche pour diminuer la force exercée latéralement sur le dos.Légèrement penché en avant, passez la jambe droite par dessus avant de s’asseoir le plus légèrement possible.

Bonne reprise à tous !!
Camille


Laisser un commentaire