Devenir ostéopathe équin


5/5 - (1 vote)

Notre kinésithérapeute partenaire, Camille COLOMBO, nous explique les différents moyens de devenir ostéopathe animalier, et les différents aspects de ce métier.

L’école :

Vous pouvez entrer en école d’ostéopathie animale ( nombreuses en France ou en Europe) soit : 

  • En formation initiale après le BAC pour 5 ans 
  • En formation continue pour 3 ans si vous êtes déjà professionnel de santé humaine ou vétérinaire 

A l’issue de votre formation, vous devez présenter un mémoire et réussir le diplôme de votre école. 

Vous devez ensuite vous inscrire à l’examen d’aptitude de l’ordre des vétérinaires afin d’être inscrit au tableau et exercer le métier d’ostéopathe animalier.  A savoir que cet examen porte sur cheval ou vache et chien ou chat. 

Les qualités : 

  • Un bon toucher
  • Le sens de l’observation 
  • L’écoute 
  • Savoir échanger avec d’autres professionnels ( vétérinaires, maréchaux, dentistes, entraîneurs, …)
  • Être disponible et organiser 

Le métier d’ostéopathe animalier est un métier physique, qui implique une hygiène de vie correcte. Travailler avec les animaux, d’autant plus les chevaux, demande une rigueur et une vigilance pour garantir un maximum de sécurité durant les séances.

Il faut apprendre à mettre de côté ses émotions, ses ennuis pour être concentré uniquement sur sa séance. Les animaux ressentent et renvoient nos émotions.

Apprendre à connaître ses limites en terme de nombre de séances, du nombre de jours travaillés. 

Apprendre à rester à sa place en toute situation et réorienter le propriétaire vers le vétérinaire quand le motif de consultation n’est pas de notre ressort.

Si l’on travaille bien, le téléphone ne reste pas silencieux très longtemps. La clientèle se crée principalement par le bouche à oreille entre propriétaires mais également entre professionnels.

Le plus agréable

Diversité de lieu : on découvre des endroits superbes parfois en pleine nature, parfois dans de très belles écuries bien pensées pour le cheval

Diversité de races : on passe d’un shetland à un shire en passant par des races de sport 

Diversité de discipline : pour comprendre les potentielles contraintes supportées par les chevaux, il est important de s’intéresser à toutes les disciplines 

Autonomie : vous êtes maître de votre temps

Pluridisciplinarité : travailler en équipe autour d’un cheval pour son bien être est particulièrement intéressant 

 Le plus difficile

Ce sont les propriétaires, ils sont dans l’affect, leur cheval est à leur yeux forcément plus important que celui d’un autre.  Ils ont des exigences d’horaires, de rapidité et d’efficacité. 

Les conditions météorologiques sont également parfois compliquées ( les consultations en plein champs un jour de pluie et/ou de nuit par exemple).

A bientôt,
Camille COLOMBO


Laisser un commentaire