Cheval sans pied, cavalier sans cheval


La structure du pied est complexe. On peut la diviser en deux parties : la partie externe ou boîte cornée, qui est visible et la partie interne, qu’on ne voit pas mais dont le rôle est primordial.

La partie externe, le sabot, est l’enveloppe rigide et protectrice du pied. Sa paroi pousse à partir du bourrelet situé au niveau de la couronne. La direction de la pousse se fait de haut en bas. La croissance du sabot ou « avalure » est d’un à deux centimètres par mois. Le renouvellement complet de la boîte cornée se fait en une année environ. Une modification alimentaire, de ferrage/parage/, d’environnement de vie peut être visible sur la paroi du sabot. Si votre cheval ne parle pas, ses pieds délivreront tous ses secrets.

L’extérieur du sabot n’est ni innervé ni vascularisé, ce qui explique que le pied ne saigne pas et ne réagit pas lors de la pose des clous de fer. En soulevant le pied, il y a au centre la fourchette de forme triangulaire qui se poursuit en arrière par les glomes ( les talons) et la sole qui constitue le « plancher » du pied. La partie interne du pied se compose d’un ensemble de tissus mous et de tissus durs. Le cheval se tient debout sur un doigt. Dans le pied se niche l’articulation entre les deux dernières phalanges et l’os naviculaire, qui sert de poulie au tendon fléchisseur du pied.

Le coussinet plantaire représente la majeure partie des tissus mous du pied. Il agit comme un véritable amortisseur. L’intérieur du pied est richement vascularisé et innervé. L’intérieur tout comme l’extérieur du pied du cheval nécessite un entretien minutieux. En schématisant, le corps du cheval repose sur 4 petits socles: une masse importante sur une petite surface. C’est grâce aux tendons, aux ligaments et aux propriétés de déformation et d’absorption du pied que cette surface n’éclate pas aux pressions qui lui sont exercées.

Les soins courants sont simples mais primordiaux. Une alimentation carencée peut altérer et entraîner des problèmes de pieds chez le cheval. Il peut être recommandé de faire des cures de D-Biotine contenu dans Biodyne. La fourchette est la structure qui sert d’intermédiaire entre les contraintes subies par le pied et le membre du cheval dans son ensemble.

L’élasticité du sabot, la qualité de la corne et le parage/ferrage sont donc très importants dans le rôle d’amortissement. Lors de l’appui, le coussinet plantaire est comprimé entre la fourchette et l’os du pied, favorisant la circulation du sang dans l’extrémité du pied en agissant comme une pompe. Lorsque le sang descend à l’extrémité du pied, il est automatiquement remonté par la force exercée lorsque le cheval prend appui au sol. C’est le système de « compression/dépression ».

Il faut donc veiller à ce que la fourchette soit toujours intègre et lui prodiguer des soins minutieux.

  • Pied mou ou tendre : la corne est molle et nécessite d’être durcie. Dans ce cas, nous recommandons l’application de Pediflex.
  • Pied humide : le cheval qui évolue dans un environnement humide risque une macération des fourchettes et le développement bactérien. Sur pieds humides vous pouvez appliquer Pediflex et Pedicade en cas de fourchettes pourries.
  • La pourriture de la fourchette : une fourchette pourrie produit un suintement malodorant, parfois purulent , généralement au niveau de la lacune médiane et plus rarement des lacunes latérales. Une hygiène insuffisante, un box régulièrement sale et humide ou des sabots mal curés sont souvent à l’origine de cette affection. Pour la combattre, il est nécessaire d’effectuer des soins du pied tels que l’application de goudron Pediblok sur un pied sec, avant exposition à l’humidité, ou l’huile de cade et les huiles essentielles du Pedicade en soin curatif.

Attention, l’état des pieds de votre cheval peut varier d’une saison à l’autre en fonction de la variabilité des sols et des agents extérieurs, d’où l’importance de toujours prêter attention aux sabots de votre cheval.

A bientôt,

Camille 


Laisser un commentaire