Activité et suivi : comment adapter le suivi du cheval en fonction de son activité ?
Accueil » Blog » Le point de Camille COLOMBO » Activité et suivi : comment adapter le suivi du cheval en fonction de son activité ?

Activité et suivi : comment adapter le suivi du cheval en fonction de son activité ?

Noter cet article

Le point de Camille COLOMBO Le
Noter cet article

Adapter le suivi de son cheval en fonction de son activité

Il n’y a que très peu de différence de traitement en terme de santé en fonction du mode de vie de votre cheval. Nous pensons souvent que les chevaux athlètes nécessitent plus de soins divers et variés, mais attirons l’attention sur le fait que les chevaux de loisir et de compagnie nécessitent eux aussi des soins ! 

Les soins indispensables au cours de l’année sont : 

  • La visite vétérinaire annuelle et de vaccination 
  • Le vermifuge, idéalement après coprologie pour vermifuger efficacement et à bon escient (2 a 4 fois par an selon le protocole préconisé par votre vétérinaire)
  • Les soins dentaires par un vétérinaire spécialisé en dentisterie ou un technicien dentaire se font une fois par an
  • Les soins des pieds, des allures et des aplombs par le maréchal toutes les 5 à 7 semaines (parage et/ou ferrage) 
  • La visite annuelle d’ostéopathie 

Tous ces soins sont valables pour : 

  • Les poulains et jeunes chevaux : pour ne pas compromettre leur vie future, même pour rester dans de verts pâturages, et garantir un bon état général dès les premières années 
  • Les chevaux adultes de loisir et de compagnie 
  • Les chevaux athlètes 
  • Les chevaux âgés : après avoir passé de belles années à satisfaire leur(s) cavalier(s), ils nécessitent toujours (et encore plus !) un suivi annuel afin de garantir les besoins fondamentaux : se nourrir et se déplacer correctement. 

Le travail et le sport exposent le cheval à un plus grand risque de blessures et d’accidents. C’est ce risque qui pousse les propriétaires à ajouter préventivement des contrôles vétérinaires et d’ostéopathie plus fréquents (avant, pendant et après une saison de compétition par exemple). Les chevaux « à risque » seront identifiés par les professionnels afin d’établir un protocole de soin renforcé, spécifique et individuel.

A titre préventif et dans un soucis de bien-être pour le cheval, un grand nombre de disciplines se sont développées : acupuncture, shiatsu, massothérapie, balnéothérapie… Et tous les chevaux peuvent en tirer un bénéfice. 

L’ostéopathie

Concernant l’ostéopathie, si votre cheval travaille et vit principalement au box, il est bon de le faire manipuler au minimum deux fois par an. 

© Shutterstock

Quand l’appeler ?

Après la visite du dentiste, et éventuellement après celle du vétérinaire pour avoir son accord en cas de situation complexe.

Pourquoi l’appeler ?

  • Boiteries
  • Refus à l’obstacle
  • Mauvais engagement de l’un ou des deux postérieurs.
  • Refus du mors
  • Pied qui traîne
  • Difficultés sur le cercle
  • Impossibilité de changer de pied au galop
  • Refus d’allures (le cheval se désunit au galop, passe du trot au galop, …)
  • Défense à la pose de la selle/réaction lors de pansage
  • Positionnement anormal de l’encolure et/ou de la tête
  • Déplacement sur deux pistes : le cheval se traverse 
  • Perte rapide de muscle, d’état en général 
  • Problèmes de mastication 
  • Après soins dentaires
  • Déviation de la queue
  • Comportement anormal/Baisse des performances sportives
  • Engorgement non infectieux des membres

La bonne gestion de l’activité, de l’alimentation et le respect des soins annuels indispensables sont les clés pour avoir un cheval en bon état physique et moral, à chaque période de sa vie.


A bientôt 

Camille 

Camille Colombo
Camille Colombo
Partenaire santé